You are currently viewing Comment guérir naturellement l’intestin enflammé et reconnaître ses symptômes

Comment guérir naturellement l’intestin enflammé et reconnaître ses symptômes

Maintenir une alimentation saine et équilibrée, essayer de ne pas accumuler de stress excessif et découvrir d’éventuelles intolérances sont des stratégies optimales pour faire face aux symptômes associés à l’état de l’ intestin enflammé ou irrité .

Ce trouble représente un état d’irritation ou d’inflammation transitoire ou chronique, présent dans diverses pathologies du système intestinal.

L’état d’irritation est courant dans le syndrome du côlon irritable , également appelé colite nerveuse ou colite spastique.

L’état inflammatoire proprement dit, en revanche, se retrouve dans des pathologies telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse , qui représentent des maladies chroniques dans lesquelles des ulcérations se produisent dans l’intestin.

Quand il s’agit d’inflammation chronique de l’intestin

Le terme « maladie inflammatoire chronique de l’intestin » désigne un groupe de troubles intestinaux caractérisés par un état d’inflammation permanente . Les plus courantes sont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique.

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin causent des dommages aux structures visibles lors d’un examen (radiographie ou endoscopie). Ces lésions sont causées par un processus inflammatoire dont l’origine est encore mal connue. Parce que l’intestin est endommagé, sa capacité à absorber les nutriments essentiels est réduite.

Les personnes souffrant d’inflammation intestinale chronique peuvent souffrir de diarrhée et d’autres symptômes digestifs, mais aussi d’ anémie et de fièvre (due à une infection).

L’inflammation caractéristique peut affecter d’autres organes du corps, y compris les articulations, la peau et les yeux, et peut entraîner des complications telles que des calculs rénaux, des calculs biliaires ou des os affaiblis. Il est également susceptible de provoquer des caillots sanguins.

En ce qui concerne le syndrome du côlon irritable

Le système digestif des personnes atteintes du “syndrome du côlon irritable” – également connu sous le nom de “syndrome du côlon irritable” – réagit de manière excessive aux processus normaux tels que le passage des selles ou des gaz dans les intestins.

C’est une maladie fonctionnelle, qui perturbe le bon fonctionnement de l’intestin, avec une variété de symptômes qui peuvent avoir des degrés d’intensité différents d’une personne à l’autre.

Par rapport à l’inflammation intestinale chronique, le syndrome du côlon irritable

  • n’endommage pas l’intestin
  • il n’a aucun impact sur les autres organes du corps
  • il ne provoque pas d’inflammation
  • il ne modifie pas la structure de la muqueuse intestinale
  • il n’augmente pas le risque de cancer colorectal.

Pour cette raison, le syndrome du côlon irritable est considéré comme un trouble fonctionnel et non comme une maladie.

Bien qu’il s’accompagne de symptômes qui peuvent être très gênants et provoquer une détresse émotionnelle et du stress, il est moins sévère que l’état inflammatoire chronique, qui peut entraîner une invalidité.

Si cet article vous intéresse, vous serez aussi peut intéressé par celui-ci :  Doctolib : la révolution de la gestion des rendez-vous médicaux

Cependant, la douleur, la diarrhée et la constipation qu’elle provoque peuvent devenir très gênantes. Il peut également interférer sérieusement avec le travail et les activités sociales de la personne atteinte, aggraver la qualité de vie et conduire à l’anxiété et à la dépression.

Enfin, d’autres affections telles que les menstruations douloureuses, le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie se sont avérées associées au syndrome du côlon irritable, bien que la raison ne soit pas connue.

Elle reste une maladie courante, touchant environ 5 % de la population italienne. Ce n’est pas grave, mais du fait de sa chronicité, il altère la qualité de vie de ceux qui en souffrent.

Son diagnostic est généralement posé entre 30 et 40 ans. Plus rarement, ce syndrome peut survenir chez les enfants et les adolescents.

Intestin enflammé: symptômes

Qu’il s’inscrive dans le cadre d’un syndrome du côlon irritable, de maladies plus graves générant de véritables situations inflammatoires ou simplement d’un état d’irritation momentané dû au stress et à une mauvaise alimentation, les symptômes sont toujours :

  • douleur abdominale
  • ballonnements abdominaux
  • troubles des fonctions intestinales (constipation, diarrhée ou alternance des deux)

Ces symptômes généraux sont associés à la vitesse à laquelle les aliments traversent le côlon. Un passage trop rapide ou au contraire trop lent provoque des perturbations d’une autre nature.

Lorsque les contractions et le relâchement des muscles intestinaux se produisent plus rapidement – ou intensément – que la normale, le côlon n’a pas le temps d’absorber l’eau contenue dans les aliments. Cela provoque la diarrhée.

En revanche, lorsque les contractions sont plus lentes et plus faibles que la normale, le côlon absorbe trop de liquide, donc constipation, et les selles sont dures et sèches.

Cependant, il convient de garder à l’esprit que les symptômes associés à ces problèmes «de base» peuvent dépendre de la gravité de l’irritation ou de l’inflammation.

Intestin enflammé : gonflement abdominal

C’est l’un des symptômes les plus courants et il peut s’accompagner de crampes douloureuses, de maux de ventre et de ballonnements .

Intestin enflammé : douleurs abdominales

Ces douleurs se manifestent par des spasmes douloureux accompagnés d’un estomac enflé, de douleurs à l’estomac et de flatulences.

Intestin enflammé : matières fécales

Une consistance différente des selles et, plus généralement, une fréquence altérée des évacuations peuvent également être détectées. Ils peuvent être durs ou liquides selon la rapidité avec laquelle ils traversent le côlon.

Une constipation peut être observée, ce qui se produit si les selles restent trop longtemps dans l’intestin. Ou diarrhée, s’il reste trop peu de temps aux selles.

Syndrome du côlon irritable : symptômes

Dans le syndrome du côlon irritable, en plus des symptômes de base, plusieurs autres symptômes peuvent également survenir :

  • Fatigue
  • Mal au dos
  • Difficulté à uriner
  • Maux d’estomac
  • Mal de tête
  • Les troubles du sommeil
  • Douleur pendant les rapports

Inflammation chronique de l’intestin: symptômes de la colite ulcéreuse

La colite ulcéreuse couvre une grande variété de douleurs intestinales. Pour parler de cette maladie, il n’est pas nécessaire que tout le monde soit présent, car cette maladie peut se présenter très différemment d’une personne à l’autre. Les troubles affectant l’inflammation de l’intestin sont :

  • Sensation de satiété comme si vous ne pouviez pas vider vos intestins, même après être allé aux toilettes.
  • Diarrhée soudaine, avec des selles souvent accompagnées de mucus et de sang
  • Douleur dans le rectum
  • Perte de poids due à la diarrhée ou à la perte d’appétit
  • Fatigue
  • Anémie due à la perte de sang dans les selles
  • Difficulté à contrôler la défécation
Si cet article vous intéresse, vous serez aussi peut intéressé par celui-ci :  Boules bleues : Guide de l'hypertension épididymaire

De plus, la colite ulcéreuse se manifeste également par des troubles dans d’autres parties du corps.

  • Inflammation de l’oeil
  • Inflamation des joints
  • Problèmes de peau
  • Inflammation du foie

Inflammation chronique de l’intestin : symptômes de la maladie de Crohn

Comme le trouble intestinal de la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn peut être identifiée avec des douleurs intestinales. Ce sont deux inflammations chroniques qui ont des symptômes communs.

La colite ulcéreuse est causée par une inflammation chronique répétée du gros intestin, tandis que dans la maladie de Crohn, l’inflammation peut affecter l’ensemble du tube digestif, de la bouche à l’anus, bien qu’elle se produise généralement dans la dernière partie de l’intestin grêle (iléite) ou dans le côlon (colite), où se créent des ulcères et des saignements, qui peuvent à leur tour entraîner l’apparition d’une anémie.

La maladie peut causer d’autres problèmes. Le vagin et la vésicule biliaire peuvent également être irrités en raison d’une inflammation, qui peut se propager à d’autres parties du corps.

La maladie peut être reconnue par un certain nombre de symptômes spécifiques, bien que tous ne lui soient pas nécessairement attribuables. Les plus courants sont :

  • Anémie
  • Perte de poids
  • Fatigue 
  • Fièvre
  • Croissance plus lente chez les enfants et les adolescents
  • Blessures, fistules et inflammations , principalement autour de l’anus
  • Sous-occlusion  du creux intestinal

D’autres symptômes peuvent être présents dans d’autres parties du corps :

  • Inflammation oculaire
  • Articulations enflées, avec ou sans inflammation
  • Irritation de la peau
  • Ulcères buccaux et blessures
  • Calculs biliaires

Intestin enflammé: les causes

Les facteurs causals à l’origine de ces troubles peuvent être multiples. D’abord:

  • une alimentation non régulée caractérisée par des repas abondants et une alimentation riche en graisses et en protéines, des aliments raffinés et assaisonnés, peut jouer un rôle très important dans l’apparition de cette affection.
  • les intolérances alimentaires peuvent être à l’origine d’états plus ou moins sévères d’irritation ou d’inflammation du système gastro-intestinal.
  • accumulation de stress qui peut agir à la fois comme un facteur causal principal et comme un aspect lié à l’augmentation des symptômes associés au trouble.

Intestin enflammé et gluten

L’ intolérance au gluten , ou maladie coeliaque, est facilement associée à un état inflammatoire des villosités intestinales avec une difficulté conséquente à absorber les principaux nutriments.

Intestin enflammé et lactose

Une mauvaise tolérance au lactose , c’est-à-dire le sucre présent dans le lait, peut également provoquer des symptômes attribuables à une inflammation intestinale, comme la diarrhée, des ballonnements et des douleurs abdominales.

Intestin enflammé par le stress

La santé de l’intestin, désormais considéré comme notre « deuxième cerveau », peut être considérablement affectée par les conditions de stress accumulées quotidiennement.

En fait, le stress ne fait qu’aggraver le problème. Il existe de nombreuses thérapies pour détendre vos nerfs et vous détendre, du yoga à la méditation , de l’ hypnose aux fleurs de Bach en passant par la phytothérapie. Vous pouvez faire du sport et essayer de prendre plus de temps pour vous.

Intestin enflammé : que faire ?

Une première intervention immédiate pour soulager les symptômes douloureux ou l’inconfort, et diminuer cet état inflammatoire, est d’ agir sur son alimentation.

Intestins enflammés : aliments à éviter

Le choix de certains aliments peut contribuer à aggraver l’état symptomatologique dont vous souffrez.

Dans ce cas, il convient d’éviter en particulier les aliments épicés (tels que les piments ou autres épices), le café, les produits laitiers, les aliments frits, les boissons alcoolisées et les fruits riches en graines et en sucre tels que le kiwi, la pastèque, les prunes et les fraises.

Si cet article vous intéresse, vous serez aussi peut intéressé par celui-ci :  Huile de CBD : huile de cannabis et bienfaits pour la santé

Intestin enflammé : que manger

Augmentez votre apport en fibres en mangeant beaucoup de fruits et de légumes , ce qui aide notamment en cas de constipation. Attention aux ballonnements, flatulences ou diarrhées qui peuvent augmenter lorsque vous mangez plus de fibres.

Par conséquent, parmi les aliments recommandés, nous trouvons les grains entiers , comme le riz et l’orge, les légumineuses sans peau, le pain complet , les poires et les pommes pelées.

Intestin enflammé : les conséquences

En présence de ces symptômes, il est bon de ne pas les négliger et de contacter avant tout votre médecin pour rechercher d’éventuelles causes.

Intestin enflammé : remèdes naturels

En présence de symptômes légers et transitoires, il est possible de recourir à des remèdes naturels à effet relaxant, comme les tisanes et les huiles essentielles.

De tous les remèdes à base de plantes qui ont été étudiés, l’huile essentielle de menthe poivrée est celle qui a montré de bons résultats pour le syndrome du côlon irritable. On pense qu’il est particulièrement efficace pour soulager les douleurs abdominales.

Intestin enflammé : tisanes

Préférez les tisanes et infusions aux plantes à effet carminatif, comme les graines de fenouil et de carvi , celles à effet digestif comme la réglisse et l’anis vert et associez-les à celles relaxantes, comme la camomille ou la mélisse . Ils peuvent s’avérer être une bonne panacée pour soulager les symptômes tels que les douleurs à l’estomac et l’enflure abdominale.

Vous pouvez également demander à votre pharmacien ou herboriste de vous préparer un mélange à parts égales de :

  • camomille
  • Romarin
  • sarriette
  • altéa
  • anis vert
  • réglisse
  • myrtille
  • salcerelle

Préparation. Mettez 1 cuillère à soupe de ce mélange dans ¼ de litre d’eau bouillante. Faire bouillir 30 minutes, éteindre le feu, laisser infuser encore 10 minutes, filtrer.

En cure de fond, buvez une tasse par jour de cette infusion, à faire régulièrement sous forme de cure de 3 semaines.

Intestin enflammé : ferments lactiques

Il est tout aussi important de prendre des probiotiques et des ferments lactiques sous forme de suppléments, de yaourt et de kéfir, pour aider à restaurer la flore bactérienne intestinale.

Cela est particulièrement vrai si des symptômes tels que la diarrhée ou la constipation sont apparus.

Intestin enflammé pendant la grossesse

Si vous souffrez de côlon irritable, vous remarquerez peut-être une aggravation des symptômes pendant la période de grossesse .

Intestin enflammé pendant la grossesse: symptômes

En particulier, pendant la grossesse, les femmes peuvent remarquer une constipation ou, au contraire, des épisodes de diarrhée.

Intestins enflammés dans les remèdes de grossesse

L’état anxieux de la future maman peut certainement contribuer à aggraver ces symptômes.

Pour y remédier, il est important d’assurer un état de plus grande détente. De plus, il est important d’aider à la digestion en grignotant de petites collations tout au long de la journée et en essayant de mastiquer lentement.

Après les repas, il est préférable d’éviter de s’allonger et d’aider le processus digestif avec de longues marches.

Intestins enflammés chez les enfants

Même chez l’enfant, des symptômes plus ou moins sévères peuvent être observés, ce qui doit conduire à des investigations spécialisées en cas de persistance.